Contre les pratiques MAGICO-RELIGIEUSES dans l’église

«Bien-aimé, voilà ce que tu dois enseigner et recommander. Si quelqu’un donne un enseignement différent, et n’en vient pas aux paroles solides, celles de notre Seigneur Jésus Christ, et à l’enseignement qui est en accord avec la piété, un tel homme est aveuglé par l’orgueil, il ne sait rien, c’est un malade de la discussion et des querelles de mots. De tout cela, il ne sort que jalousie, rivalité, blasphèmes, soupçons malveillants, disputes interminables de gens à l’intelligence corrompue, qui sont coupés de la vérité et ne voient dans la religion qu’une source de profit.» (1Tim 6, 2-5)
Des gens à l’intelligence corrompue, qui sont coupés de la vérité et ne voient dans la religion qu’une source du profit… Oui. Je n’y vois pas que ceux des églises qui prônent la richesse et l’enrichissement, avec des pasteurs et apôtres qui n’ont pas vraiment l’esprit de l’humble serviteur que Jésus nous propose. Il y en a aussi dans notre milieu. Des prêtres, des bergers et autres qui font des pratiques bien taxées. Le pape François condamne fortement ces trafiques.
Les messes et neuvaines aux taux exorbitants; Des bénédictions taxées; Des ordonnances spirituelles; Des bains d’encens; Des messes de feu; Des savons, parfums et huiles « brise tout » ; des bassins d’eau sous le lit; des chapelets portés au cou qui deviennent des talismans; des prières de Charlemagne qui nous promettent des bienfaits précis; des visions qui nous révèlent les choses les plus cachés; des diables qui parlent dans des possédées et disent des vérités qui sont crues plus que l’Évangile; des gens qui tombent en transe et dénichent des possédés comme le font les “bisime” dans le rite du “hidjongo” chez les Basa’a….
Bien-aimés, des promoteurs de toutes ces pratiques sont des gens à l’intelligence corrompue, qui sont coupés de la vérité et ne voient dans la religion qu’une source du profit.
À ces pratiques magico-religieuses j’adjoins un usage désordonné des sacramentaux. Quand l’eau bénite, le sel ou l’huile bénis remplacent les fondamentaux de la foi que sont la fidélité à la prière , alors il y anguille sous roche.
Quels sont ces fondamentaux? Ils nous viennent de la première communauté chrétienne. (Cf. Actes 2,42)
La fidélité à la prière;
La fidélité aux sacrements notamment la messe et la confession;
La fidélité à la lecture et à la méditation de la Bible ainsi qu’à la catéchèse et à tout l’enseignement de l’Eglise;
La fidélité à la communion fraternelle, c’est-à-dire à l’amour du prochain.
Je reçois des fidèles qui sont possédés depuis 3, 4, 5 ans voir plus, et qui sont soumis à ces régimes depuis des années, et qui souffre toujours. Parfois ça marche. La miséricorde de Dieu étant plus grande que nos misères. Parfois c’est l’effet placebo. Mais ce n’est parce que Dieu a pitié de moi que je dois oublier qu’il y a une bonne pratique de la religion, en esprit et en vérité, comme Jésus le disait à la femme Samaritaine. La foi va avec la raison (fides et ratio). Certain disent j’ai la foi. C’est bien. Je peux croire que le vaux d’or est min Dieu; que c’est le soleil qui m’a créé. Je peux ne jamais me confesser et me purger avec de l’eau bénie… Comme je le disais plus haut parfois ça marche à cause de l’immense miséricorde de Dieu. Mais nous devons grandir dans la foi et la vérité. Sinon nous construisons sur le sable.
Par ailleurs, ce n’est pas parce que Dieu est miséricordieux que je dois rester impénitent. Nous devons doubler nos efforts pour mériter l’appel dont nous avons fait l’objet nous dit l’apôtre Paul.
Je vais prendre développer dans les prochains messages certains de ces points que j’ai juste dénoncés.